top of page

Basia Sokal, former President of the Winnipeg Labour Council, Endorses Dougald Lamont and the MLP

Updated: Sep 24, 2023

Treaty 1 Territory, Homeland of the Red River Métis, Winnipeg, Manitoba -


Basia Sokal, the former President of the Winnipeg Labour Council, has endorsed Dougald Lamont and the Manitoba Liberals, saying Lamont is the only Leader in Manitoba who can be trusted to listen to and advocate for women in the labour movement.


“There are more than just two options in Manitoba and the Liberals are a great choice. Dougald deserves our thanks for standing up for all women while other parties sat on their hands. There has only been one brave voice standing up for all women and other workers mistreated at work, and that is Dougald Lamont, the Leader of the Manitoba Liberal Party.


Dougald is the only political leader in Manitoba who has not been afraid to call out the toxic solidarity in the NDP, where in order to get elected, people are still expected to be silent and cover up the abuse of women. Don’t let the NDP tell you they’ve changed. They haven’t. Real solidarity is about justice, and Dougald Lamont is the only political leader in Manitoba who understands that,” said Sokal.


Sokal publicly resigned as President of the Winnipeg Labour Council in the spring of 2019, citing a culture within the Winnipeg Labour movement where complaints of complaints of sexual harassment, intimidation and even sexual assault were ignored. When people reported, they were routinely punished and intimidated. Rank and File detailed many of the complaints in an article “Sexism in Winnipeg’s Labour Movement.


Sokal filed complaints with the Winnipeg Labour Council, the Provincial and Federal NDP, and the Canadian Labour Congress (CLC). Sokal said just as before, complaints were ignored, internal investigations were botched, and women routinely faced retaliation for making complaints. Sokal was sued twice, unsuccessfully, by her alleged assailant.


Many of the events occurred after the NDP had promised “never again,” after a previous scandal. In 2018, news broke that former NDP Minister Stan Struthers as well as other NDP MLAs and senior staff mistreated women, and when they complained, they were punished and ostracized. An internal review of the NDP found there was a culture of misogyny, sexism, and cover-up, but named no one.


At the time, Wab Kinew said the NDP deserved to lose the 2016 election for covering up the mistreatment of women, telling media, “Never again should winning a seat, winning a leadership contest, winning a nomination be put before doing the right thing... I think that as I reflect on what is being reported and what these stories are all about, that our party deserved to lose the last election [in 2016].”


Sokal said her own experience – and that of many others that happened after Kinew’s remarks, shows that nothing has changed.


“This is an important election, and I urge any woman, and anyone who wants to see real justice and progress in the labour movement in Manitoba, to put your trust in Dougald Lamont and the Manitoba Liberal Team,” said Sokal.


-30-

BACKGROUND




--

Le mercredi 20 septembre 2023


Basia Sokal, ancienne présidente du Conseil du travail de Winnipeg, appuie Dougald Lamont et les libéraux du Manitoba

Traité 1 - Patrie, Métis de la rivière Rouge, Winnipeg

Basia Sokal, l'ancienne présidente du Conseil du travail de Winnipeg, a appuyé Dougald Lamont et les libéraux du Manitoba, affirmant que M. Lamont est le seul chef au Manitoba à qui l'on peut faire confiance pour écouter et défendre les femmes dans le mouvement syndical.

"Il n'y a pas que deux options au Manitoba et les libéraux sont un excellent choix. Dougald mérite nos remerciements pour avoir défendu toutes les femmes pendant que les autres partis restaient les bras croisés. Il n'y a qu'une seule voix courageuse qui a défendu toutes les femmes et les autres travailleurs maltraités au travail, et c'est celle de Dougald Lamont, le chef du Parti libéral du Manitoba.

Dougald est le seul leader politique du Manitoba qui n'a pas eu peur de dénoncer la solidarité toxique du NPD, où, pour se faire élire, on attend toujours des gens qu'ils se taisent et qu'ils couvrent les mauvais traitements infligés aux femmes. Ne laissez pas le NPD vous dire qu'il a changé. Ils n'ont pas changé. La véritable solidarité concerne la justice, et Dougald Lamont est le seul dirigeant politique du Manitoba qui le comprenne.

Sokal a publiquement démissionné de son poste de président du Conseil du travail de Winnipeg au printemps 2019, citant une culture au sein du mouvement syndical de Winnipeg où les plaintes de harcèlement sexuel, d'intimidation et même d'agression sexuelle étaient ignorées. Lorsque des personnes portaient plainte, elles étaient systématiquement punies et intimidées. Rank and File a détaillé un grand nombre de ces plaintes dans un article intitulé "Sexism in Winnipeg's Labour movement" (Sexisme au sein du mouvement syndical de Winnipeg).

Sokal a déposé des plaintes auprès du Conseil du travail de Winnipeg, du NPD provincial et fédéral et du Congrès du travail du Canada (CTC). Mme Sokal affirme que, comme auparavant, les plaintes ont été ignorées, que les enquêtes internes ont été bâclées et que les femmes ont régulièrement fait l'objet de représailles pour avoir porté plainte. Mme Sokal a été poursuivie à deux reprises, sans succès, par son agresseur présumé.

De nombreux événements se sont produits après que le NPD eut promis "plus jamais ça" à la suite d'un précédent scandale. En 2018, on a appris que l'ancien ministre néo-démocrate Stan Struthers ainsi que d'autres députés et cadres supérieurs du NPD avaient maltraité des femmes et que, lorsqu'elles s'étaient plaintes, elles avaient été punies et ostracisées. Un examen interne du NPD a révélé l'existence d'une culture de misogynie, de sexisme et de dissimulation, mais n'a nommé personne.

À l'époque, Wab Kinew a déclaré que le NPD méritait de perdre les élections de 2016 pour avoir dissimulé les mauvais traitements infligés aux femmes, déclarant aux médias : "Plus jamais le fait de gagner un siège, de gagner une course à la direction, de gagner une nomination ne devrait passer avant le fait de faire ce qui est juste [...]. Je pense, en réfléchissant à ce qui est rapporté et à la nature de ces histoires, que notre parti méritait de perdre les dernières élections [en 2016]." Sokal affirme que sa propre expérience - et celle de beaucoup d'autres qui se sont produites après les remarques de Kinew, montre que rien n'a changé.

"Il s'agit d'une élection importante, et j'exhorte toute femme, et toute personne qui veut voir une véritable justice et des progrès dans le mouvement syndical au Manitoba, à faire confiance à Dougald Lamont et à l'équipe libérale du Manitoba."

Recent Posts

See All

Komentarai


bottom of page